Centres de santé en 2022 : état des lieux du marché et perspectives de croissance

27 septembre 2022

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir des invitations à des webinars, des informations en lien avec votre activité.
Vos données seront utilisées en accord avec la politique de protection des données

L’année 2022 a vu naître plusieurs tendances sur le marché français des centres de santé. Un ralentissement dans la création des structures, une multiplication des fusions / acquisitions dans les grosses enseignes… Selon une étude Xerfi, le marché ne parviendrait pas pour autant à un plateau avant 2024. Quel état des lieux peut-on faire en cette rentrée 2022 ? Comment poursuivre la croissance des centres de santé ? Quelles sont les perspectives pour demain ? 

 

On a posé ces questions à Romain Léger, CEO de Juxta, pour faire le point et trouver des solutions aux difficultés rencontrées par les acteurs du marché.


 

Quel constat marché faites-vous en cette rentrée 2022 ?

Ce qu’on constate, et c’est le cas depuis l’été  2022, c’est qu’il y a une plus grande frilosité à créer des centres de santé. Le marché est clairement ralenti sur la création d’établissements, et ce ralentissement trouve sa source dans des difficultés conjoncturelles. Si hier un centre de santé se lançait en 2 à 4 mois une fois le local trouvé, aujourd’hui, on est face à des délais de plus de 8 mois. Cette augmentation conséquente met un frein aux divers projets d’ouverture.

 

 

Pourquoi fait-on face à de tels délais ?

Les raisons sont multiples :

  • Les délais d’approvisionnement d’abord qui se sont considérablement rallongés. On a vu les conséquences de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine dans le secteur du BTP. Le domaine médical en souffre tout autant, sur les commandes et réceptions de fauteuils dentaires par exemple. On passe de délais plus que doublés, qui passent de 2 à 8 mois d’attente.
  • Les problèmes de construction des locaux. Les retards dus au contexte sanitaire et l’augmentation des coûts des matières premières (forte inflation due à l’énergie, qui se reportent sur l’ensemble de la chaîne) ralentissent significativement les processus de création d’un centre.
  • Les problèmes d’approvisionnement, au-delà des délais difficilement maîtrisables, conduisent à un réel manque de visibilité sur la réception des stocks. Là où la solution serait de passer commande à d’autres prestataires, ça signifie souvent un redémarrage des négociations, la perte de tarifs préférentiels etc.

Et enfin, on a le recrutement toujours plus compliqué des praticiens, épuisés par la crise sanitaire et plus intéressés par un poste dans une grande ville que dans un désert médical.

Nouveau call-to-action

 

 

Est-ce que les réseaux de soins multi-centres sont aussi concernés par ce problème ?

De manière générale, on assiste à une nouvelle ère sur le marché des centres de santé, avec une croissance moins forte due à la multiplication des stratégies de fusion acquisition. Et oui, face aux difficultés conjoncturelles, même les grandes enseignes historiques sont concernées..

Cette évolution stratégique, poussée par les tendances marché, demandent aux acteurs d’adapter constamment leurs process et de miser sur des logiciels de gestion innovants pour rester performant. Face aux enjeux forts des centres de santé, nous avons à cœur chez Juxta d’offrir des solutions scalables, qui permettent un développement rapide et en autonomie, tout en étant à la hauteur des attentes des patients. Centralisation, mobilité et interopérabilité font partie de nos mots d’ordre dans la conception de nos outils, parce qu’ils sont des incontournables pour nos clients.

 

Avez-vous d’autres conseils pour faire face à ces difficultés conjoncturelles ?

Globalement, c’est d’anticipation dont on parle. Dans la gestion des travaux, dans l’approvisionnement matériel… Il est indispensable d’avoir une visibilité claire sur l’état d’avancement et sur les besoins de votre centre de santé avant l’ouverture. Mais ça veut surtout dire qu’il faut être bien entouré.

 

 

C’est-à-dire ?

S’associer à des experts est crucial dans la réussite de tout projet. À l’échelle d’un centre de santé, ça veut dire être en relation avec les bons partenaires pour ouvrir et gérer son établissement. Appui métier et juridique sur l’implantation des locaux, montage des dossiers (ARS), séquençage des travaux, formation des collaborateurs, gestion du tiers-payant, de la prise de rendez-vous en ligne, de la e-réputation, audits de sécurité et d’hébergement… Ce sont autant d’aspects qui entrent en ligne de compte dans la réussite d’un centre de santé.


Chez Juxta, nous sommes nous-mêmes en partenariat avec des experts pour accompagner nos clients -
des experts qui peuvent intervenir à tout moment dans le processus de lancement. Je peux citer par exemple Dental Distrib, leader francophone de la solution clef en main pour les centres médicaux et dentaires, essentiel pour les porteurs de projet qui ont besoin d’un accompagnement (négociation et partenaire bancaire, équipes travaux…). Également Coco Recruiting, une agence de recrutement en chirurgie dentiste qui met en relation des praticiens espagnols formés en France sur notre solution Desmos.

[Livre Blanc] 5 conseils pour un Tiers Payant fiable et efficient

 

 

C’est quoi les perspectives pour demain ?

Pour moi, on arrive à un mode hybride du marché avec une réelle opportunité pour les praticiens libéraux de se regrouper en centre de santé pour être rachetés par une enseigne multi-centres. D’une part, on constate de plus en plus de regroupements, notamment des chirurgiens dentistes. D’autre part, on peut se poser la question de l’intérêt pour un centre de 5 personnes de rester indépendant.

Tout l’intérêt pour les praticiens libéraux est de se libérer des contraintes de leur modèle. Pratique du tiers-payant, complexité des flux financiers, difficultés à suivre et relancer les remboursements, gestion des ressources humaines et de l’administratif… La surcharge de travail est réelle, avec des plannings complets du lundi au samedi sur des amplitudes horaires importantes puisqu’il faut répartir son temps entre les tâches administratives et le cœur de métier que sont les soins et la relation patient.

La France est assez en retard sur le sujet par rapport aux pays européens qui nous entourent. En Espagne, les plus petites enseignes multi-centres regroupent 200 établissements à elles seules. Le marché libéral n’existe pas et on voit plutôt la prolifération de centres petits mais qui maillent mieux le territoire.

 

 

C’est un peu le sens de la stratégie Ségur…

Exactement. Le Ségur se donne notamment pour objectif de résorber les déserts médicaux et les zones blanches en France, en poussant la création de petits centres de santé pour couvrir les secteurs géographiques “en manque”.

Mais au-delà d’une stratégie de santé nationale, ces perspectives répondent finalement aux évolutions des praticiens eux-mêmes. En 2020, 62% des étudiants français en médecine souhaitaient être salariés, visant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. C’est là que la facilité du centre de santé prend tout son sens en offrant à ses professionnels un cadre de travail plus adapté, au cœur d’une enseigne multi-centres.

 

 Nouveau call-to-action

TOUS LES ARTICLES

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir des invitations à des webinars, des informations en lien avec votre activité.
Vos données seront utilisées en accord avec la politique de protection des données

Laissez nous un message

[Livre Blanc] 5 conseils pour un Tiers Payant fiable et efficient

Abonnez-vous pour recevoir des invitations à des webinars, des informations en lien avec votre activité